Ptoléméus: le retour

Retour sans encombres dans la bulle. Ptoléméus décide de faire la tournée des systèmes pour devenir allié de quelques factions stratégiques. Il profite de son escale sur Procyon (Davy Dock) pour réparer le vaisseau, et modifier un peu le fit… en cas de mauvaise rencontre, mieux vaut être prévoyant.

Escales à Eurybia, Yoru, 40 Ceti, et du côté d’Alioth. Le reste des données a été vendu à 40 CETI.

Retrouver la circulation, les stations, les pirates, les forces de sécurité, bref la civilisation, voilà qui fait un drôle d’effet après des semaines de solitude!

Albert Blondin: ces choses répugnantes qu’on appelle Thargoïds

Cette fois, il n’y a plus de doute. Ils sont parmi nous.

Il y a quelques jours, le 28 juin 3303, suite à la publication de rapports indépendants, notre LAboratoire de Recherches Alien (LARA) a missionné une task force militaire sur le système HIP 14909, planète 2 A. L’objectif de la mission était de confirmer l’origine extra-terrestre du site récemment découvert, et de rapporter toute information susceptible de favoriser la lutte contre les envahisseurs. L’escadrille de reconnaissance, après avoir effectué un contrôle visuel sur ces structures visibles de l’espace, a atterri non loin du monticule principal, au centre de la zone. Les pilotes laissèrent leur vaisseau et parcoururent le secteur à bord des SRV.

Et c’est un spectacle d’horreur qui se découvrit à eux.

Sous un ciel glauque, des dents prédatrices, gigantesques, qui grimpaient vers le ciel, projetaient au sol de longues ombres sinistres; des oeufs répugnants, qui explosaient en répandant matière gluante et odeur fétide. Des carapaces poisseuses. Des structures immondes et visqueuses. Toute une vie ignoble, monstrueusement répandue au milieu de cette surface rocheuse inhospitalière… Ces drones à moitié vivants, obscènes, menaçants, qui volaient autour des véhicules… ces formes squelettiques étalées sur le sable, abjectes et repoussantes… j’en avais la nausée. Partout, cette hybridation hideuse de biologie organique et de technologies terribles et étranges… Une vie horrible bouillonnait lentement dans cette soupe cosmique où nous pataugions.

Nos explorateurs, aussi savants que téméraires, trouvèrent le moyen de pénétrer dans la structure centrale. Ils durent recourir à des artefacts et sondes inconnus, traîtres objets extra-terrestres qui rongeaient les modules de leurs véhicules. Bravant tous les dangers, ils parcoururent les boyaux tortueux de l’animal. Les SRV glissaient sur la morve et les sucs de cette créature nauséabonde et démesurée. Certains membres du commando, pourtant aguerris, s’égarèrent et se perdirent, au milieu des pièges de ces couloirs trompeurs. Enfin toutefois, à force d’ingéniosité et de patience, nos pilotes forcèrent les intestins insectoïdes à révéler leur effroyable secret — une gigantesque carte, représentant on ne sait quelle galaxie damnée, illumina la salle centrale de la fourmilière. Les données sont actuellement aux mains du LARA. Puissent nos scientifiques trouver rapidement le moyen de renvoyer au néant cette bête immonde!

Depuis, ce sont dix, puis vingt, puis cent structures qui ont été découvertes dans la zone des Pléiades. Maïa et Mérope sont moins sûres que jamais. Il se murmure qu’on trouverait aussi d’autres de ce termitières dans Aries Sector… De quoi s’agit-il? de cités perdues? de navires écrasés… ou de vaisseaux qui sortent lentement de terre et s’apprêtent à nous attaquer? Qu’attendent les Puissances pour réagir? Que ces entités se mettent à pulluler par miliers? Qu’elles encerclent, investissent et occupent la Bulle humaine?

Certains déjà, il est vrai, font leurs valises. Ils espèrent se mettre à l’abri sur quelque planète habitable au bout de la galaxie. Les salauds qui ont commandité l’opération Dynastie ne sont pas les seuls à compter trouver un refuge au bout de l’univers. Les naïfs! On n’échappe pas par la fuite à cette race malfaisante.

 

Face à la menace silencieuse des espèces inconnues, il n’est qu’une issue: la guerre et le combat à outrance. Portons le fer, le plasma et le feu sur ces animaux diaboliques, avant qu’il soit trop tard.

Les Black Birds, envers et contre tout, resteront l’unique Frontière.

Camping infructueux

Infructueuses et interminables séances de camping autour des Ammoniacs du secteur Pléiade, dans l’espoir de trouver une sonde inconnue (dans un signal dégradé threat 2, apparemment). Soupir…

salle_thargo

Pour un Anaconda de plus

Soyons fous: ayant réservé mon Anaconda longue distance, tout nu jusqu’aux os, pour l’explo lointaine, je me suis décidé à acheter et fitter un Anaconda polyvalent, dans le même esprit que mon Python.

C’est largement un appareil de récupération: je l’ai équipé des modules craftés qui traînaient dans mon hangar. Du coup, pas trop de tintouin à faire la tournée des ingés, même si je suis allé en voir quelques-uns. J’ai eu un très bon tirage chez Farseer après plusieurs essais, pour le FSD et aussi pour le powerplant. Je suis repassé chez M. Distributeur. Et chez la petite Lori pour les senseurs et le module de survie. Et j’ai amélioré la coque d’origine en « light weight ». Pour le bouclier, les armes, j’avais tout ce qu’il fallait.

L’appareil est très sympa, il saute à près de 37 Al avec son SRV, et il peut se défendre avec son gros laser classe 4, ses tourelles, son bouclier 6A (renforcé grade 5), plus un petit SCB crafté aussi par sécurité. Je suis content de retrouver un beau vaisseau polyvalent bien équilibré. Sandro dit que l’Anaconda est trop bien, mais qu’ils n’osent pas y toucher de peur de susciter une révolution: ils ont raison doublement, il est trop bien, et il ne faut pas toucher à cette merveille!

Retour chez les thargos

Retour chez les thargos ce soir, avec une délégation de Black Birds. Site actif: HIP 14909

On a découvert que les sondes inconnues et les artefacts inconnus permettaient d’entrer dans au moins une « base » thargo considérée comme active. On a réussi à entrer, mais moi je me suis perdu, et les copains black birds n’avaient pas réussi à « allumer » la salle de la carte galactique quand je me suis déco. Mais je reviendrai!